Une nouvelle fois, et comme chaque année depuis mon arrivée en Lot-et-Garonne, le week-end de pentecôte est synonyme de triathlon.

Direction Mimizan donc pour la caravane Layracaise qui présente un contingent moins important que les années précédentes mais qui restent tout de même conséquent.

Un week-end de course ou tous les formats seront présents sauf les longs.

1ére partie : Le sacro-saint Sprint/équipe.

Cette année, nous ne pourrons être que 3 (le minimum) pour tenter d'assurer une bonne course mais vu mes coéquipiers, ça pourrait être sympa puisque je fais équipe avec JB la machine et le Président, excusez du peu :)

10443105_688263964572558_6463092251071047416_o

Nous prendrons le départ parmi les 95 autres équipes masculines inscrites à l'épreuve et la concurrence est relativement importante.

Le schéma est simple, je donnerais le tempo en natation et JB, bien meilleur nageur, aidera le prés'. Petit challenge avec les copains de Bouliac, ceux-ci partant 7 minutes derrière nous, le but sera qu'ils ne nous reprennent pas. Mission compliquée mais pas impossible.

Personnellement, j'arrive dans un état de forme mitigé car je suis fatigué de ma semaine d'entrainement et les différents stages auxquels j'ai pris part.

Les sensations sont néammoins bonnes et il ne reste plus qu'à se mettre minable.

Au top départ, j'ai dans l'idée d'aller chercher l'équipe qui est partie juste devant nous puisque celle-ci est légérement plus faible. Les sensations sont excellentes, je jette réguliérement des coups d'oeil à l'arriere pour voir ou en sont mes compéres et ça suit dans les pieds. J'arrive à m'orienter correctement et nous reprenons finalement 2 équipes parties respectivement 30 secondes et 1 minutes devant. Avec une telle natation, je me dis que le temps ne doit pas étre si mauvais mais au passage de la derniere bouée, je me rends compte que notre moins bon nageur est quelque peu largué. Obligé de lever le pied, ou les bras pour le laisser recoller.

Sortie de l'eau rapide et c'est parti pour une transition relativement longue ou je me dépeche de rejoindre ma place pour avoir le temps de me préparer. Transition excellente et j'attends légérement mes coéquipiers pour nous élancer sur le parcours tout plat de 20kms.

Et c'est parti pour une bonne partie de manivelles, spécialité de notre équipe. JB lance le train et là, je merde avec mes chaussures et dois faire un gros effort pour recoller. une fois cela fait, la machine est lancée et la vitesse est excellente, comme le souffle et pas de douleurs. Le prés' ne prend pas de gros relais pour ne pas se griller pour la course à pied, tactique était prévue à l'avance et c'est avec JB que nous donnons le rythme qui est excellent. C'est fluide et nous reprenons du monde.

Le vélo passe trés vite, sans défaillance dans la team et c'est à prés de 43 de moyenne (6éme temps vélo) que nous regagnons le parc et la premiére sensation que je ressens en descendant de mon vélo est la chaleur qui est vraiment présente.

Bonne transition de tous et c'est parti pour un circuit de 5,8 kms. Circuit tout en relance et avec un long passage dans le sable dans le dernier kilométre. Parti un peu vite, JB nous montre les gros progrés qu'il a réalisé à pied et le Prés' se fait mal comme d'habitude. Nous reprenons une équipe et nous faisons doubler mais décidons de ne pas forcer plus afin de ne pas exploser. Il fait lourd mais le rythme est bon, personne ne céde et nous arrivons même à reprendre l'équipe qui nous avait précedemment doublé et les laissons sur place./

Petit forcing sur le finish et c'est en 10éme position que nous passons la ligne, les 5,8 kms avalés à prés de 15 km/h. Notre meilleure place depuis que je viens à Mimizan et cela, à 3 seulement alors que certaines équipes étaient au complet donc vraiment pas mal.

Pour ma part, les sensations ont été excellentes, pas de réelles douleurs même si le départ en vélo et en course à pied a été "bizarre" mais au final, une bonne course et pour l'anecdote, les copains de Bouliac ne nous ont jamais vu :)

Direction le CD à présent ou cela risque d'étre une autre histoire.