Samedi 10 mai 2014 : date du premier triathlon de l'année pour moi. J'ai choisi de m'aligner à Lacanau sur un format half-Ironman (1,9/90/21) sans difficulté et au profil de course similaire à Francfort.

Il était temps qu'elle arrive pour valider toutes les heures passées à souffrir, voir ce qu'il y a à travailler pour optimiser les semaines qui précéderont ma course de juillet. Un peu d'appréhension donc car j'ai toujours la trouille de mal faire, de me planter et surtout, de me décevoir.

Objectif avoué : un top 30 et sans me mettre dans le rouge :/

Départ initialement prévu le vendredi soir pour dormir sur place, mais les aléas font que finalement, je préférerais faire une bonne nuit à la maison et partir le samedi matin, en forme. Comme il n'y a que 3h de route, ce n'est pas trop gênant et plus raisonnable.

Arrivé sur place à 09h, j'ai l'impression d'arriver dans une fourmilière. Ça grouille de triathlétes qui s'affairent sur leur vélo, qui s'échauffent, préparent leur matosse. Ça y est, la saison de triathlon est enfin là et ça fait du bien. Retrait du dossard et déjà, j'ai la pression monte puisque l'organisition m'a octroyé le dossard N°1. Aïe, je pense que j'aurais du mal à faire mieux que ce numéro :)

Après le CD du matin, au cours duquel s'alignait plusieurs membres du club, il était temps de se rendre au parc à vélo pour déposer le matériel, préparer ma place et filer m'échapper. Retour à la routine d'un week-end de course quoi !

Lacanau Parc à vélo

Lacanau départ natation

Le vélo est prêt, le matosse aussi, me reste plus qu'à enfiler la combi et aller m'échauffer. Je ferme la trifonction et au moment de la fermer, je ressens comme un relâchement au niveau de la poitrine. Je sais de suite ce qui s'est passé, ma trifonction s'est déchirée. Je retire ma combi et constate les dégâts. Ma fermeture éclaire a sauté et impossible de la remettre puisque je n'ai rien pour le faire et le départ est dans moins de 10 minutes. J'aperçois le corps arbitral et je file leur demander si cela sera gênant pour ma course puisque ma trifonction ne s'ouvre que jusqu'au plexus. Bien entendu, je tombe sur l'arbitre le plus agréable d'aquitaine qui m'envoie tout bonnement chier en me disant qu'il verrait lors de l'épreuve. Heureusement, l'arbitre principal me rassure que vu la situation, je ne serais pas inquiété. OUF, comme quoi, l'intelligence et le fair-play, ça aide parfois.

Rassuré, je remets ma combinaison et j'ai même le temps de m'échauffer mais la poisse n'est jamais bien loin. Retour sur la berge en compagnie de Pierre Gaspariau, futur vainqueur pour moi, et décide d'essayer de suivre les meilleurs le plus longtemps possible pour voir ou j'en suis. Tant pis si je me fais démolir sur les premiers 100 mètres. Par contre, n'ayant pas de combi intégrale, je suis gelé car l'eau est relativement fraîche.

Coup de sifflet libérateur et c'est parti pour les 300 que nous sommes. Départ très correct de ma part, je m'extirpe de la massLacanau plongeon natatione grâce au dolphing et commence à nager quand la grande lessiveuse me rattrape et là, je ramasse grave. Je prends des coups, on me castagne de tous les cotés, je prends des claques à tel point que je manque de perdre mes lunettes. Je n'arrive pas à me repérer et je sens que je ne nage pas efficacement. 1ére bouée, c'est toujours la guerre, 2éme, c'est pire. Je remets des pieds après ce passage et là, je prends un direct au menton des familles. Sonné, je vois des étoiles et le mec me pousse carrément car je gène Monsieur. Ok, retour à l'envoyeur mais là, mon ami est scotché et ne repart pas. Je sais que j'aurais pu me faire sortir mais là, c'était trop.

Après cet intermède pugilistique malheureux, je m'écarte un peu de la masse et bien m'en a pris puisque je peux enfin me repérer et nager à ma main mais j'ai déjà fait 1500m. Petit coup d'oeil à ma montre pour m'apercevoir que mon temps n'est pas si pourri et sortir en 30 minutes n'est pas illusoire.

Je m'efforce de m'appliquer, d'allonger et force un peu tout de même pour réussir mon premier objectif. Le tapis de sortie de l'eau est à portée de bras, je remets des jambes, 3-4 coups de dolphing et me voilà debout pour filer à ma monture. Coup de Lap sur ma montre qui m'indique 30'30 tout rond, et des potes présents sur place m'annonce dans le top 50 (48éme précisément), à moins de 5 minutes de la tête. Ils ont pris le thé devant ou quoi ?

La transition, très longue, me permet déjà de passer du monde et me voilà parti pour 90 kms, soit 4 tours de circuit.

1er tour : De suite, je sens que j'ai de bonnes jambes et décide de faire un gros premier tour pour voir. 5éme kilomètre, R.A.S., j'ai déjà passé du monde et revient rapidement sur un groupe de 4 mecs, bien alignés mais qui de ne draftent absolument pas. C'est suffisamment rare pour le préciser. Je passe ce petit groupe très rapidement et prend pas mal d'avance quand arrive le premier gros virage du parcours. La pluie ayant fait son apparition, je fais attention de ne pas prendre de risque et là, c'est le drame. Je perds l'avant en passant sur une mini plaque d'égout affleurant à peine du bitume. Dégoûté. Je me relève, fait un rapide bilan, vérifie que mon vélo n'a rien, tout est ok.

Lacanau Vélo 2

2éme tour : On m'annonce à 6 minutes de la tête. Ce sont bien eux que j'ai croisé alors et effectivement, malgré la chute, je tiens un bon rythme et ne me sens pas entamé mais je suis tout seul. Je le resterais durant tout le vélo car je n'aurais personne sur qui m'appuyer pour me motiver.  Jusqu'au 30 éme km, R.A.S, je tiens le bon rythme et ne flanche pas quand un mec avec un énorme 4x4 me colle au train et se met à me klaxonner. Je me retourne une première fois et il me fait signe de m'écarter. Je suis déjà bien à droite, je ne peux pas plus car la route est défoncée. Je continue sans lui prêter attention et à la faveur d'une partie plus large, il arrive enfin à me passer mais fait délibérèrent un écart. Son rétroviseur me touche le bras et je finis dans le bas côté. Fort heureusement, malgré le sable, je ne suis pas tombé mais il s'en est fallu de très très peu. Re-check-up et je reprends la route. Dans l'opération, j'ai perdu un bidon et mon boyau de rechange mais je m'en rendrais compte un peu plus tard.

3éme tour :Pour une fois, un tour sans trop de soucis mais la pluie a redoublé. Je maintiens l'écart avec le 2éme pack, celui de Ludo Prouzet,  pour me donner un point de repère. Malheureusement, à la faveur d'une relance, ma boite à outils acheté le matin même se fait la malle car le velcro a cassé. A lire comme ça, on pourrait croire que je raconte des bobards pour me trouver des excuses mais vu qu'un athlète du team Charentes a failli la prendre dans les roues, c'est pas top. Obligé de m'arréter, de récupérer ce qui peut l'être et je repars.

Lacanau Vélo 3

Là, ça m'a réellement gonflé et décontenancé. Avec tout ça, j'ai bien perdu 5 minutes rien que sur le vélo et j'ai failli mettre le clignotant pour rentrer directement au parc à vélo. Marre de cette poisse sur la moindre course que je fais. Néanmoins, je sais que ma place n'est pas si mal alors je repars mais dégoûté.

4éme tour : Enfin un tour sans soucis mais je léve un peu le pied pour faire un bon enchainement.

Fin du vélo, super transition encore et je pars pour mon semi-marathon quand à la sortie du parc vélo, mon pote Will m'annonce à la 10éme place. Ah oui tout de même ??? QUID de ma place sans toutes mes galères ? Décidé à maintenir cette position, je pars sur un rythme excellent, étonné de mes sensations et de ma foulée. Le travail de cet hiver semble enfin payer.

Sorti du parc en même temps que David Collomine de Limoges, excellent coureur à pied, je décide de lui coller aux basques pour voir mais après 1,5 kms, je me rends à l'évidence que je risque l'explosion alors je décide de le laisser partir mais mon rythme reste très bon. Mince, je me vois déjà courir en moins d'1h25, de faire une superbe place mais on ne fait pas d'un âne un cheval de course. Même le passage dans le sable et cette fameuse bosse ensablée ne me ralentisse pas trop et je prends même du plaisir alors que je suis à 15 km/h.

Lacanau CàP 1

Jusqu'au 15éme km, R.A.S., tout va pour le mieux, ma vitesse oscille entre 14,5 et 15 km/h,  je suis même remonté à la 8éme place suite à l'abandon de 2 gars qui me précédaient. Mais dés le 16éme, les galères commencent. Je ressens une vive douleur à la hanche sur laquelle je suis tombé, des douleurs dans les quadris, ma foulée se tasse, le souffle est devenu compliqué. Je vois que le temps au kilo augmente doucement et mes espoirs de chrono correct s'envole gentiment. Je commence à perdre des places mais je m'accroche, je ne veux pas marcher, rien lâcher. Je ne prends pas de coca au ravito, pense à bien prendre mes gels, m'arrose pour refroidir la machine car la pluie a cessé.

Lacanau CàP 2

Il y a maintenant du monde et je ne sais plus qui est dans son 1er ou 2éme tour, c'est un peu le bordel pour connaître sa place. Pas grave, je me concentre pour bien finir. Les derniers kms sont très longs, je tente de résister à plusieurs coureurs que je vois se rapprocher mais rien y fait, je suis scotché.

Finalement, je vois enfin la ligne d'arrivée et je peux la savourer car mon premier poursuivant est annoncé à 30 secondes.

Lacanau arrivée

Plaisir mitigé en passant la ligne car j'apprends que je ne suis que 16éme et me rend compte que la plupart des mecs m'ont passé sur la fin. Finalement, je finirais à la 15éme place mais je ne sais pas pourquoi, disqualification d'un mec ? Bien sur, il y a des points positifs comme ma natation à peu prés correct, mes 2 transitions et ma course à pied qui a bien progressé mais je me rends compte que je suis encore loin du compte et qu'il va falloir bosser encore.

Sinon, une organisation très correcte pour une première, pas grand chose à reprocher à cette course si ce n'est un parc à vélo trop petit, des routes un peu pourries qui devraient être différentes l'année prochaine, un semi très sympa et suffisamment dur pour faire la différence, la preuve, j'ai pris cher. Une belle réussite et j'attends de voir les améliorations qui doivent être mis en place.

Maintenant, direction Gujan-Mestras pour un nouveau rassemblement police et une nouvelle semaine de stage avec les coupains et LA coupine. A mon avis, je vais prendre cher mais j'aime ça

PS : Un grand merci à toute la team Miramont de m'avoir recueilli alors que j'étais seul le samedi et dimanche soir. Merci d'étre aussi simple malgré l'énorme niveau de tous les membres du team (4 mecs dans le top 12, Pierre 2éme et Vincent 3éme). Par contre, vous ne m'y prendrais plus d'aller faire un décrassage le lendemain d'une course avec vous. Faire un décrassage en tirant des bouts droits à plus de 60 km/h, c'est dur dur :)

Mes temps : 31'40 (30'30 à ma montre ??? ) - 48éme temps / 2h13'07 - 10 éme temps / 1h33'25 - 33 éme temps = 4h18'12 - 15 éme

Point + :

  • Une course correcte, sans douleurs
  • Une natation correcte
  • Encore un gros vélo à hauteur des meilleurs du jour (7éme temps et 38 places de reprise)
  • Mes sensations lors de la course à pied
  • Mon plan d'alimentation
  • Un top 15 bien mieux que prévu

Point - :

  • Mon finish a pied
  • la malchance encore
  • ma natation perfectible
  • Le sentiment que je suis capable de bien mieux